Addiction.travel | FAQ
4079
page,page-id-4079,page-template-default,ajax_updown_fade,page_not_loaded,

FAQ

Pourquoi avoir écrit cet ouvrage ?

Ce livre, j’y pense depuis des années… Ce qui m’a poussé à faire ce métier, c’est aussi ce qui m’a poussé à écrire ce livre. Internet est pour moi un outil fabuleux pour créer un lien direct entre les hôteliers-restaurateurs et leurs clients. Aujourd’hui ce lien est en train d’être sectionné par ces portails de réservation en ligne.

Depuis 15 ans, je conseille les hôteliers-restaurateurs pour développer leur marque sur Internet. C’est en allant à leur rencontre, sur le terrain, que j’ai pu entendre leurs doléances unanimes, de la maison d’hôtes au grand palace parisien… la situation devient intenable.

J’ai donc décidé, à travers ce livre, de dénoncer un système qui met en danger tout un secteur de l’économie française ainsi que sa réputation

J’ai aussi souhaité apporter des conseils marketing aux hôteliers-restaurateurs pour qu’ils renouent un dialogue direct avec leur client.

Enfin, plusieurs chapitres sont destinés aux consommateurs pour qu’ils trouvent plus facilement et payent le juste-prix sur internet.

Actuellement, le livre est sous le feu de l’actualité car une partie de celui-ci permet de comprendre les enjeux du débat qui se joue actuellement notamment avec le projet de loi pour mieux encadrer les pratiques commerciales.

Aussi, je propose une analyse de la situation que vivent les hôteliers-restaurateurs face aux sites d’avis de consommateurs, guides gastronomiques, sites d’achats groupés, site de ventes privées, comparateurs, distributeurs de coffrets cadeaux, blogueurs ou encore les réseaux sociaux.

Share Button

Les hoteliers-restaurateurs ne sont-ils pas responsables ?

Il faut que vous compreniez les méthodes de recrutement de ces portails de réservation en ligne pour percevoir l’engrenage dans lequel les hôteliers-restaurateurs se sont engouffrés sans le savoir. C’est un peu comme le petit producteur et la grande distribution.

A l’origine, pour mettre le « pied dans la porte », ils promettent un afflux de clients importants, et proposent des commissions relativement faibles.

Puis, dans leurs contrats, ils s’octroient la possibilité d’acheter la marque de leurs clients par l’achat de mots clés. Ces multinationales, souvent basées à l’étranger, achètent donc les noms des établissements à coût de millions d’euros, ils détournent ainsi les clients des sites officiels en apparaissant en n°1 sur les moteurs de recherche comme Google.

Avec cette stratégie, pour les hôteliers-restaurateurs, ces portails deviennent incontournables. C’est là que la pression commence vraiment. Voilà ce qu’ils leur disent : « si tu souhaites plus de visibilité sur notre portail, tu dois augmenter notre part de commissions ».

Ainsi, chaque année, à mesure que le CA apporté par ces portails augmente, les contrats sont renégociés et certaines commissions augmentent progressivement pour atteindre jusqu’à 30%. Dans l’étude que j’ai mené auprès de 700 hôtels, 60 % ont déclaré avoir déjà contracté un contrat et parmi eux 9 % déclarent être déjà dans cette gamme de commission.

Share Button

Les portails apportent un réel business aux hôteliers ! où est le mal ?

Dans un marché de libre concurrence, je suis pour les contrats gagnants-gagnants et sur un point en particulier : il y a bien une position dominante.

Pour replacer le débat, dans mon esprit, les portails de réservation en ligne sont un plus pour le consommateur car ils référencent tous les hôtels d’une destination et permettent de comparer et réserver facilement. Dès lors que le client est un nouveau consommateur, il est normal que l’hôtelier paye une commission, à lui de négocier la meilleure avec le portail.

En revanche, je m’interroge sur les pratiques marketing qui permettent de prendre une rémunération à « moindre effort ».

Comment ? En achetant le nom des établissements dans les moteurs de recherche, l’internaute qui cherche le nom d’un hôtel sur Google se retrouve happé par le portail de réservation qui se trouve en pôle position sur ces moteurs de recherche et séduit par des astuces marketing « pas cher, meilleur prix » etc qui laissent penser au consommateur qu’il va faire une « affaire » en cliquant sur ce lien plutôt que sur celui de l’hôtel qu’il cherchait.

Or les prix ne peuvent être différents puisque soumis à une clause de parité tarifaire qui consiste à une parfaite égalité entre prix sur les portails de réservation en ligne et les prix pratiqués par les hôteliers à leur propre clientèle.

Il n’y a donc dans ce cas aucun service apporté par le portail à l’hôtelier ou au consommateur final, juste des astuces technologiques et marketing qui permettent ainsi aux portails de détourner la clientèle des hôteliers vers eux et prendre ainsi 20% de commission à « moindre effort »

La publicité payante : c’est la mise en place d’un filtre volontaire qui coûte en moyenne 18 % de commission !

Dans mon livre, je livre une définition de Brandjacking : c’est là où se situe le véritable Hold-up

Brandjacking : Détourner l’attention du consommateur en affichant une publicité payante (coût par clic) d’une marque dans un moteur de recherche, pour générer un trafic supplémentaire sur son propre site ou portail. Souvent utilisé dans des activités abusives d’affichages publicitaires, conçu pour le gain au détriment de la bonne volonté de la marque productrice du service, cette « méthode » marketing rompt la confiance recherchée entre le consommateur final et la marque, par des affichages détournés.

Share Button

Les politiques et les syndicats quant à eux dénoncent la parité tarifaire c’est quoi ?

Dans le livre, je livre cette définition :

« Obligation pour un hôtel de proposer le même tarif pour la même prestation de ses chambres à toutes les plateformes de réservation en ligne, y compris son site internet officiel. Ce prix est considéré comme final pour le consommateur et comprend des commissions reversées aux Portail de réservation en ligne (OTA). Si un hôtelier décide de ne pas appliquer la clause de parité tarifaire, il s’expose à une résiliation unilatérale du contrat par l’OTA. »

Dans les contrats de ces portails de réservation en ligne, une clause fait obligation aux hôteliers et restaurateurs référencés de proposer sur les portails un tarif identique à celui sur leur propre site officiel. Les sites ont tenté de démontrer qu’en passant par eux les hôtels restaurants étaient moins chers mais c’est faux. Les prix sont identiques sur le site officiel et sur un portail de réservation en ligne. L’hôtelier, quand il donne son tarif au portail de réservation en ligne, fait la réciprocité sur son site officiel : quand vous êtes dans Google et voyez » Prix moins cher » vous avez la sensation de faire une affaire, mais en fait pas du tout !

Share Button

C’est donc une idée reçue de croire qu’il est moins cher de passer par ces sites de réservation ?

Oui. Dans mon autre étude auprès de 2000 consommateurs, 86% pensent payer 30% de moins en passant par eux, ce qui est faux. Par contre quand vous passez par le portail de réservation en ligne, celui-ci prélève une commission sur l’hôtelier-restaurateur alors qu’il n’y en a aucune en passant par le site officiel.

Si on prend un peu de recul, au final pour le consommateur, c’est une idée qui peut paraitre rassurante d’avoir le même tarif partout et la cuisine interne de commission entre les portails de réservation et les hôteliers ne le concerne pas. Ce qu’il souhaite c’est payer le juste-prix.

Mais l’on peut craindre que dans peu de temps, les portails puissent se mettre d’accord sur la politique tarifaire d’une ville tout entière : en un mot un abus de position dominant…

Share Button

Où se procurer le livre ?

En direct

Commander le livre sur la boutique :
http://www.addiction-shop.travel

Librairie Gourmande

92-96 Rue Montmartre, 75002 Paris
Téléphone : +33 (0)1 43 54 37 27
Site : http://www.librairiegourmande.fr/boutique/

Nouvelle Librairie Polinoise

73 Grande Rue, 39800 Poligny
Email : commande@librairie-poligny.fr
Téléphone : + 33 (0)3 84 37 29 82

Share Button

Après le livre, une plateforme d’échange et 8 rencontres en régions pourquoi ?

APRÈS LE LIVRE, UNE PLATEFORME D’ÉCHANGE ET 8 RENCONTRES EN RÉGION, POURQUOI ?

Fort de l’intérêt suscité par le livre « Addi(c)tion », les préfaciers Jean-François Mesplède et Michel Bouquier, ont souhaité partir avec Rémi Ohayon, l’auteur, à la rencontre des hôteliers-restaurateurs pour leur permettre de décrypter le marché actuel, de bénéficier de conseils concrets pour répondre aux nouvelles attentes des consommateurs sur Internet et enfin d’anticiper les enjeux de demain.

Après la dénonciation | les solutions
Conférence débats – 8 dates en région | Inscription Gratuite – Place limitée

Programme de la conférence-débat :

1ere partie
Restitution des résultats des enquêtes 2000 consommateurs et 700 professionnels.

> Hôtels | Parcours du consommateur en ligne : Comment s’opère la décision d’achat ? Quels sont les leviers qui le conduisent à sélectionner un mode de réservation plutôt qu’un autre ? Avec le témoignage de Michel Bouquier.
> Restaurants | Parcours du consommateur en ligne : Quels sont les sites internet, guides, réseaux sociaux qui influencent sa décision d’achat ? Les avis de consommateurs sont-ils si décisifs dans son choix de réservation ? Avec le témoignage de Jean-François Mesplède.

2eme partie

> Visibilité et référencement | Et au-delà des portails de réservation, quelles solutions ?
> Questions – Réponses | Echanges avec les participants

Confirmez votre présence sur http://www.les-ateliers-du-succes.com/

L’ambition est que nous puissions organiser des rencontres avec les professionnels de l’hôtellerie et la restauration dans toute la France pour leur faire part de toutes les remarques et les aider à trouver des solutions pour renouer un dialogue direct en se basant sur les 2 études réalisées et sur les commentaires de cette plateforme.

Share Button
Share Button